Le Corail | Porte-bonheur, enfance & bienfaits

Dormir sereinement sous la protection d’une amulette en corail.

En effet, du cadeau de naissance au bijou précieux, de l’amulette pour protéger les enfants contre le mauvais oeil au remède prôné par les médecins de la Grèce Antique comme Dioscoride (40-90), Galien (131-201) et repris par la médecine arabe médiévale avec Avicenne (980-1037), le pouvoir du corail rouge a voyagé dans le temps et l’espace.

Unique, il porte en lui le charme de la pierre précieuse et l’énigme de la mer.

Le corail fascine les hommes depuis la préhistoire.

Les premières traces de son usage remontent au Paléolithique (20000 av.JC). Une telle origine lui confère forcément des pouvoirs magiques. Représenté sur des peintures murales, sur des vases, sous forme de bijoux et d’objets divers, il sera très présent chez les Égyptiens, les Grecs et les Romains pour qui il protège les récoltes, donne à la terre sa fertilité, défend les navires contre la foudre, éloigne la haine de la maison.

Le corail rouge conjugue ainsi les forces bénéfiques des trois règnes, minéral, végétal et animal. Il concentre en lui toutes les énergies cosmiques, et développe le magnétisme personnel de celui qui le porte. Rappelons nous que dès l’Antiquité, Athéna avait attribué au corail de nombreux bienfaits : Il protège les os, les dents, améliore la circulation, atténue les douleurs, stimule l’odorat, protège les enfants pendant leur croissance, limite les carences en calcium.

Le corail est cher au monde méditerranéen parce qu’il le croit capable de repousser le « mauvais œil ». Pour protéger les plus fragiles, les jeunes enfants, on les munissait, avant même leur baptême, d’une main, d’une branche ou d’une corne en corail.

Très répandu dans tout le bassin méditerranéen, ce type de bijou est considéré comme une excellente amulette. Il a en effet la particularité de réunir, en un seul objet, plusieurs symboles de protection.

Le corail par son origine quasi divine, atteint des sommets en matière de protection et de symbolique. La couleur rouge, celle du sang et de la vie, oppose toute sa force au danger de mort.

De nos jours, le corail est toujours autant apprécié. Il pend gaiement à la fine chaine en or au côté de la vierge, d’un saint ou d’une croix.

Une autre source (France mineraux) nous apprend encore ses vertus psychologiques : Il faut d’abord savoir que c’est une excellente première pierre pour les enfants.

En effet, d’après de nombreuses légendes l’aspect réconfortant de la pierre protégerait les enfants au cours de leurs aventures et jeux ainsi que dans leur vie quotidienne. On attribue également à la pierre les bienfaits suivants : • apporte l’inspiration et la confiance en soi • apporte également la détermination et protège des cauchemars Du paléolithique aux indiens d’Amérique, Africains, Chinois, Tibetains… et en revenant aux sources de Mare Nostrum tous les peuples latins ont adulé le corail rouge.

De tous temps, sur tous les continents, le corail sert d’ornement au genre humain, de médecine si l’on en croit Molière, de Au Moyen-Age, cacher dans sa bourse un morceau de corail protégeait contre la sorcellerie. Sous forme de poudre par exemple, il était introduit dans la bouillie des bébés afin de lutter contre les épidémies. Jusqu’au début du 20e siècle, il était porté en Italie par les femmes comme remède à la stérilité. Dans la culture asiatique, il est l’un des 7 joyaux dans le bouddhisme sino-japonais.

Les Corses, volontiers superstitieux, ont trouvé dans le «sang de la mer», comme ils le sur-nomment parfois, un allié séculaire pour conjurer le mauvais sort. Aujourd’hui encore, la main sculptée serrée avec le pouce entre l’index et le majeur dans du corail rouge, est traditionnellement offerte aux enfants à leur naissance en guise de porte bonheur.

Découvrez la gamme “Ma Première Perle en Corail”

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp